Emka Electronique lauréat du Top innovation

Pour améliorer le taux de service à ses clients, le sous-traitant électronique, basé à Pruniers-en-Sologne, a revu et corrigé la gestion de sa chaîne logistique. Les résultats n'ont pas tardé à se voir. L'entreprise a été distinguée.

Livrer à la date donnée ses clients est une obsession chez Emka Electronique. Pas une mince affaire quand on sait que l’entreprise achète 27.000 références des composants arrivant du monde entier qu’elle se charge d’assembler dans des cartes électroniques.

En 2016, l’indice de tenue des délais était de 80 % au jour J. Un chiffre largement perfectible pour le groupe, conscient à l’époque d’être en retard en matière de supply chain, c’est-à-dire dans la gestion de sa chaîne logistique. « Notre but était d’améliorer le taux de service aux clients, de les livrer à la date donnée », explique Patrick Marionneau, président-directeur général d’Emka Electronique.

Pour y parvenir, un projet sur deux ans a été mené, mené par Sylvain Messe, en charge de la supply chain dans l’entreprise. Si sur les fournisseurs, l’entreprise ne peut pas avoir d’emprise sur leurs livraisons, les voies d’amélioration ne manquent pas, surtout en interne. « La supply-chain est un sujet très technique. Sur l’organisation, il a fallu définir qui faisait quoi, ce qui a engagé une discussion formelle entre la planification, la production et les commerciaux. Cela nécessite de prendre en compte les capacités de production, de connaître la gamme de ses produits et le délai de fabrication en fonction du salarié, ouvrant ainsi la boîte de Pandore de la variabilité de l’humain. »

« L’amélioration n’a pas de fin »

Avec la crise des composants, Emka Electronique estime avoir « un bon stock au bon endroit. En pénurie, le meilleur moyen de s’en sortir est de rationaliser tout le monde. C’est la jungle en ce moment. On n’en verra pas la fin avant 2023. Nous savons déjà que certains composants ne nous seront pas livrés avant 70 semaines. » L’entreprise a créé de multiples innovations en interne pour gagner en efficacité. « L’automatisation et la digitalisation permettent de libérer du temps pour faire de l’expertise. »

Pour toujours améliorer la supply chain, le groupe Emka Electronique a été retenu, dernièrement, dans le cadre du plan de relance.

« Avec cette méthode, on arrive à un taux de service de 99 % »

Patrick Marionneau, président-directeur général d'Emka Electronique

En cinq ans, l’entreprise qui fabrique pour une centaine de clients (médical, bâtiment, aérodéfense notamment) a fait du chemin. « Au fur et à mesure des problèmes, on les a résolus. L’amélioration n’a pas de fin. Nous avons travaillé sur la polyvalence des salariés avec de la formation interne. Vis-à-vis de nos clients, au lieu de nous fixer sur des prévisions qui ne sont pas fiables, on regarde comment le client demande un produit en fonction de sa régularité, un chiffre recalculé quotidiennement, souligne le président-directeur général. On admet alors d’avoir du stock qui se régule très bien. Nous sommes dans une version dynamique en rentrant des composants régulièrement. On demande aussi au client la durée de vie de ses produits et si ceux-là sont bien stabilisés afin qu’on ne produise pas pour rien. Avec cette méthode, on arrive à un taux de service de 99 %.»

Source : La Nouvelle République - 02/12/2021