La nouvelle vitalité de l’Industrie française

Entre 1980 et 2007, 2 millions d’emplois ont été supprimés dans l’industrie. Face à une concurrence accrue et le fort besoin de compétitivité qui en découle, les entreprises françaises comme étrangères avaient fait le choix de délocaliser leurs outils de production. Cependant, depuis quelques années, l’industrie nationale retrouve des couleurs, même si la taille des structures a bien changé depuis les années 80. Aujourd’hui, les dirigeants mettent en avant différents aspects de leurs valeurs ajoutées afin de s’extraire du peloton concurrentiel : expertise technologique, efficacité énergétique, autonomie et durabilité.

Ainsi, afin d’assurer la pérennité de son projet industriel, l’entrepreneur doit garder à l’esprit différents critères. Dans La tribune, Laurent Laporte, CEO et cofondateur de Braincube, avance quelques recommandations pour réussir : « il faut régionaliser votre industrie pour être au plus près des besoins et infrastructures, revaloriser les métiers industriels via des projets locaux utiles et harmonieux, évoluer vers une taille humaine, localement, à proximité des lieux de vie ; privilégier la montée en gamme plutôt que la question du simple coût du travail ; et maintenir le leadership sur nos forces et non se disperser sur tous les combats. »

Les PME se relocalisent.

En 2021, 45 nouvelles implantations industrielles ayant généré plus de cinq emplois ont vu le jour. Depuis septembre  2019, ce sont même 115 relocalisations qui ont été opérées selon une étude publiée en décembre 2021 par le cabinet Trendeo.

Dans le Figaro, Gwenaël Guillemot, directeur de l'Institut de la réindustrialisation, et responsable du département Industrie à l'école d'ingénieurs CESI, constate ce phénomène : « Il y a une régionalisation des investissements industriels mondiaux, on voit que c'est une tendance de fond. En France, le phénomène se traduit par des relocalisations en forte hausse. »

Les aides distribuées par l’Union européenne et le gouvernement ont contribué à cette relance industrielle. Mais dans les chiffres de Pôle Emploi, l’embellie reste pourtant mesurée. Les délocalisations ayant surtout touché les grands groupes, les pertes d’emplois ont été bien plus importantes que les créations. Gwenaël Guillemot le souligne  « Il y a bien quelque chose qui se passe, et cela impacte surtout le tissu industriel des PME. »

75 000 emplois dans l’Industrie à pourvoir d’ici 2030.

L’industrie aura besoin de nombreuses compétences lors de la prochaine décennie. Un rapport du Ministère de l’emploi avance que 75 000 postes seront créés dans l’industrie française d’ici 2030 suite à la relocalisation des moyens de production.

Pourtant, les entreprises ont encore des difficultés à attirer les jeunes vers les métiers de l’industrie. Dans l’inconscient collectif, le travail manuel est dévalorisé par rapport à d’autres formations plus intellectuelles. Pourtant, ce travail fait sens. Partir d’un prototype ou d’un dessin technique et aboutir à un produit usiné ou connecté participe à l’accomplissement du travailleur. Et travailler dans l’industrie recèle bien d’autres atouts.

Ainsi, dans Ouest France, Florence Basseville, directrice du pôle formation de l’UIMM, explique : « Il est possible de grimper très vite les échelons dans l’industrie. Et comme les formations sont pensées et faites pour répondre aux besoins des entreprises, il est possible de commencer par un bac et de poursuivre ensuite en étant toujours certain de s’insérer facilement sur le marché de l’emploi. […] L’industrie a beaucoup à offrir : les salaires sont au-dessus de la moyenne, les carrières intéressantes, le taux d’insertion autour des 85 % et il est possible de travailler facilement à l’étranger. »

Aujourd’hui, la guerre en Ukraine va accentuer les besoins en recrutement dans le secteur de l’armement. Les différentes annonces ces dernières semaines de hausses des budgets de défense des pays de l’UE vont dans ce sens. En région Centre-Val de Loire, ou l’activité liée à la défense est historique, les entreprises du GEAR et leurs donneurs d’ordre vont ainsi adapter leur production.

 

Le GEAR, partenaire de votre réussite industrielle

Le GEAR regroupe plus d’une cinquantaine d’entreprises en région Centre. Acteur de l’aéronautique civile et de la défense, ce réseau industriel local permet d’accompagner les besoins en savoir-faire et en matériels de pointe. Les membres du GEAR œuvrent dans l’intégration de systèmes électroniques, la plasturgie et les composites, l’outillage, la fonderie, la chaudronnerie, l’usinage mécanique de précision, l’emballage, le support RH ou le transport.

En faisant appel au GEAR pour vos besoins en sous-traitance, vous bénéficiez d’un parc d’experts reconnus pour accompagner votre croissance. Industriel en Sologne, dans le Berry ou en Touraine, vous pouvez également adhérer au GEAR et étoffer rapidement votre réseau de partenaires locaux. Alors contactez-nous dès maintenant.